Association pour l’Histoire de l’Administration des Douanes

Prix Jean Clinquart 2017

Mis en ligne le 5 décembre 2017

Le 21 novembre dernier s’est déroulée la 3e cérémonie de remise des prix Jean Clinquart, présidée par le directeur général.

 

Une première édition avait eu lieu en 2013, une seconde en 2015.

Pour l’édition 2017, le jury s’est réuni le 13 septembre dernier, et a désigné les lauréats.

Dans la catégorie « thèses de doctorat et travaux assimilés », le prix a été attribué à Monsieur Momcilo MARKOVIC, pour sa thèse portant sur « la Révolution aux barrières : la fraude et l’octroi à Paris (1785-1791) » réalisée sous la direction de Monsieur Pierre SERNA, professeur à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, et directeur de l’institut d’Histoire de la révolution française.

Alors que la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 est considérée comme l’événement fondateur de la Révolution française, M. MARKOVIC revientsur l’attaque de la plupart des barrières du mur de l’octroi parisien alors en construction, dans la nuit du 12 au 13 juillet 1789, pour tenter de démontrer

que cette attaque procède du même mouvement de recherche de liberté et lui redonner sa place.  Après avoir décrit en détail les motifs, puis les avatars de la construction de cette barrière dite « mur des fermiers généraux », l’auteur évoque l’organisation de la ferme générale, la fraude, la répression, la violence, les sanctions, l’intense crispation sociale que génère cette fiscalité « aux barrières ».

La destruction de ces bureaux d’octroi est ensuite minutieusement décrite, avec les questions qu’elle pose : mouvement spontané ou organisé ? Qui en profite véritablement ? Révolte ou …Révolution ?

Avec le procès des incendiaires, qui en fait n’aura jamais lieu, nous plongeons dans les débuts de la Révolution avec toutes ses incertitudes, ses renoncements, ses excès.

 

 

Dans la catégorie « mémoires de master 2 », le prix Jean Clinquart a été attribué à Monsieur Mathurin LOHIER, pour son travail sur le thème « le tiers-monde des brigades ? Le douanier et son statut d’après la presse professionnelle sous la troisième république (1870-1914) », réalisé sous la direction de Monsieur Jean-Noël LUC, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris I Panthéon Sorbonne.

Quelle est la définition d’un douanier selon les douaniers ? Telle est la question que s’est posé M.LOHIER, avec l’objectif d’y répondre par la lecture et l’analyse de la presse professionnelle de cette fin du 19e siècle, les hommes qui l’animent, les revendications qu’elle porte, les réactions, les

réticences, les réponses de l’institution à ce mouvement irrésistible qui conduira à la naissance des syndicats.

Ce faisant, c’est à une plongée dans la vie des douaniers de cette fin du 19e siècle, leur quotidien, leurs difficultés, mais aussi leur fierté de servir l’Etat, leur soif de reconnaissance, à laquelle nous convie ce travail vivant etdocumenté.

Enfin, on découvrira que nombre de thématiques soulevées à cette époque sont encore très présentes dans la douane du 21e siècle : comparaisons avec d’autres administrations ou service (police, DGFIP de nos jours), rattachement de la douane à la police, antagonisme atténué, mais toujours présent, entre les différentes branches de la douane, état d’esprit des agents persuadés d’appartenir à une administration d’élite (cf débat actuel sur les administrations « prioritaires »), mais de ne pas être suffisamment reconnus, sans parler des avatars de la notation et des appréciations phraséologiques…

Une lecture passionnante, à conseiller évidemment à tout douanier et au-delàde la douane.

L’AHAD s’efforcera évidemment de diffuser tout ou partie de ces travaux.

MENU